Rapide apperçu de l’histoire du Vietnam

Histoire

L’histoire du Vietnam est jalonnée de conflits qui ont forgé son identité nationale. Aujourd’hui, le Vietnam est en paix et tourné vers son développement. Le patriotisme d’hier s’est aujourd’hui transformé en volonté de coopérations et d’échanges sous toutes formes, notamment avec les pays francophones car favorisés par une longue histoire commune ainsi que par des liens d’affection particuliers.

Repères

Du Royaume Van Lang au Nam Viet (plus de 200 av. – 111 av. JC).

Les mythiques rois Hung régnaient sur le pays Van Lang qui devenait Au Lac sous les Thuc puis Nam Viet sous les Trieu. Ce fut la civilisation de Dong Son avec les célèbres tambours de bronze aux techniques assez avancées. Le Nam Viet fut envahi par les Han (Chinois) en 111 av. JC.

Féodaux chinois et résistances Viets (111 av.JC. – 938 ap. JC.)

Les Han et leurs successeurs imposaient aux Viets coutumes et moeurs chinoises avec succès inégaux et à certains égards assez vains. Dominations subies et soulèvements réprimés s’alternèrent pendant 1000 ans tout de même. En 938 ap JC. , la révolte conduite par Ngo Quyen aboutit à la fondation d’un état indépendant.

Les dynasties Nationales (939 ap.JC. – 1858 ap JC.)

Identité nationale confortée, victoire sur les Chinois et contradictions internes.
Ngo Quyen fonde un état indépendant (Dynastie des Ngo). La fin du règne des Ngo est marquée par le partage du pays en fiefs féodaux. Dinh Bo Linh impose sa loi aux 12 seigneurs et fonde le Dai Co Viet en 968. Après lui, se succèdent les Ly, les Tran, les Ho, les Lê, les Tay Son et les Nguyen.

Sous les Ly (1012-1225) et les Tran (1226-1400) les victoires sur la Chine (Song et Yuan) comme l’essor du bouddhisme confortent l’identité nationale.

Les Lê s’installent après la victoire sur les Ming (Chine) de 1428 à 1773. Leur fin de règne est caractérisée par la division du pays en seigneuries des Nguyen (Sud) et des Trinh (Nord) ainsi que par des révoltes paysannes.

Les Tay Son avec Nguyen Hue en tête réunissent le Pays (1773-1802) et repoussent les Tsing. L’Empereur Gia Long réussit à vaincre les Tay Son et établit la Dynastie des Nguyen (1802-1945).

Occupations occidentales et guerres de Libération (1858-1975)

La colonisation française et première guerre du Vietnam, les grandes dates :

1858 : Les Français débarquent à Danang (port du centre)
1867 : La Cochinchine (Sud) devient colonie française.
1883 : L’Annam (centre) et le Tonkin (Nord) sont mis sous protectorat français.
1945 : L’indépendance du Vietnam est proclamée par Ho Chi Minh à Hanoi le 2 septembre 1945.
1946 : Tentative française de rétablir son autorité et début de la première guerre du Vietnam
1954 : Le 7 mai 1954, Dien Bien Phu tombe, la garnison de 16 000 soldats est faîte prisonnière. Le 20 juillet 1954, les accords de Genève sont signés reconnaissant l’indépendance, la souveraineté et l’intégrité du Vietnam. Le 17ème parallèle sera une ligne de démarcation militaire et des élections générales en 1956 devront avoir lieu sur l’ensemble du pays pour le réunifier.

Préhistoire

La Paléolithique

La présence humaine sur le territoire vietnamien remonte à très loin. Les archéologues ont trouvé des traces de civilisations dans quelques grottes à Lang Son et Nghe An. De la période postérieure à l’âge paléotique, la présence humaine fut assez importante sur le territoire vietnamien. Ils utilisèrent des outils en galet taillé jusqu’à l’époque de la culture Hoa Binh – Bac Son. Plus tard, ils commencèrent à aiguiser des haches en pierre, à fabriquer des céramiques et à cultiver la terre.

L’âge néolithique (4000 – 6000 AC)

Pendant l’âge néolithique, des groupes développèrent des modes de vie différents. Les habitants se servaient de haches en pierre polie, taillaient des bracelets en pierre et faisaient des céramiques avec une variété de motifs.

L’âge de bronze (4000 AC)

Pendant l’âge de bronze, les Vietnamiens confectionnèrent plusieurs outils et armes en plus de bijoux en laiton dans des moules de glaise. Ils commencèrent à cultiver le riz et à élever des animaux tels que les buffles, les bœufs, les cochons et les poules.

À cette époque, trois groupes culturels sont répartis dans trois secteurs différents : la culture pré-Dong Son dans les bassins de la rivière Rouge, des rivières Ma et Ca, la culture pré-Sa Huynh dans le centre du pays et le troisième groupe dans le bassin du fleuve Dong Nai dans le sud du territoire vietnamien. La culture pré-Dong Son correspond au début de l’époque des rois Hung.

L’âge de fer (2700 AC)

Les groupes dans le nord et le centre du Vietnam forment la culture Dong Son; ils travaillaient le fer afin d’en faire des outils. Les objets en laiton sont aussi typiques de cette culture, notamment les grands tambours en cuivre avec des motifs ornementaux.

Fondation de l’Etat

L’Etat Van Lang – l’Etat Au Lac

Un premier état apparaît au Vietnam sous la culture Dong Son. Il s’étend de la frontière sino-vietnamienne jusqu’au bord du fleuve Gianh. Les ressemblances culturelles des habitants laissent supposer que cette région fut le territoire des anciens Viets. La nation Van Lang était alors dirigée par les rois Hung.

Succédant à la nation des rois Hung, l’état Au Lac fut fondé par An Duong Vuong au milieu du IIIè siècle avant l’ère chrétienne. Cet état est mentionné dans les annales de l’historien chinois Xi Ma Tin. Un exploit du temps d’An Duong Vuong fut la construction de la citadelle Co Loa avec trois cercles de murailles, dont les vestiges peuvent être encore contemplés de nos jours.

L’état Champa

Au centre du pays, les cultures pré- Sa Huynh progressent jusqu’à l’âge de fer. Issues des tombeaux, des jarres contenant plusieurs outils en fer, ainsi que des bijoux en agate ou en émeraude sont représentatifs de cette culture. Elle se répand largement, de Thoa Thien jusqu’au bassin du fleuve Dong Nai. Les hommes de la culture Sa Huynh devaient être des ancêtres des Cham qui édifièrent le royaume Champa.

Domination chinoise

En l’an 179 avant l’ère chrétienne, l’état Au Lac fut occupé par le roi Trieu Da de l’état Nam Viet, puis en 111 AC, l’état Nam Viet fut anéanti par l’empire chinois des Han. Au Lac passe aux mains des Han et est divisé en arrondissements et districts. Désormais, le pays entre dans une étape de domination des empires chinois qui durera 11 siècles.

Durant cette période, le peuple Vietnamien se soulève plusieurs fois pour la conquête de l’indépendance, à commencer par l’insurrection des deux sœurs Trung (en l’an 40 – 43). Suit ensuite la révolte de la Dame Trieu (en 248). Au milieu du VIè siècle Li Bi reconquit l’indépendance. Mais chacune de ces révoltes fut de courte durée. Sous la domination des empires chinois de Sui et de Tang, plusieurs soulèvements éclatèrent comme les insurrections de Mai Thuc Loan (en 722), de Phung Hung (766 – 791).

Finalement, avec la victorieuse révolte menée par Ngo Quyen sur le fleuve Bach Dang en 938 contre les Han, plus de mille années de domination chinoise se terminent, et l’indépendance nationale reconquise.

Epoque de l’indépendance

Le commencement

Une nouvelle page de l’histoire du Vietnam commença au Xè siècle. Les dynasties Ngo (939-965), Dinh (968-980), pré-Le (980-1009) s’efforcent de consolider le pays, d’établir un état unifié, et de préserver l’indépendance encore jeune qui doit notamment résister contre les Sung en 981. La résistance dirigée par Le Hoan sera victorieuse.

Les dynasties Ly et Tran

Du XIè siècle au XIVè siècle, sous les règnes des dynasties Ly (1009-1225) et Tran (1226 – 1400), le Vietnam devint un état puissant.

L’ agriculture se développe; la mise en place des digues et le défrichement occupent une place prioritaire. Des villages artisanaux se forment, spécialisés dans la poterie, le moulage de cuivre ou la forge du fer. Des bâteaux commerciaux venus de Chine et des pays d’Asie du Sud-est pénètrent entre autres dans les ports de Hoi Thong et Van Don.

Sous les dynasties Ly et Tran, le bouddhisme prévaut et influence grandement la littérature et l’art. Pendant ce temps, le Confucianisme commence à se répandre. À la fin du XIè siècle, le temple de la Littérature dédié à Confucius est édifié. À l’époque des Tran, les concours confucéens sont organisés. Les mandarins d’origine confucéenne sont de plus en plus nombreux. L’écriture nom (l’écriture vietnamienne originale) est alors de plus en plus utilisée dans la composition littéraire. Les premières collections de l’histoire du pays sont également élaborées. L’indépendance nationale est maintenue grâce à la résistance contre Tang (1075-1077) sous la direction du général Ly Thuong Kiet, et trois fois contre les Yuen-Mongol sous la direction des rois Tran et du général Tran Hung Dao (1258, 1285 ,1288).

La dynastie Ho

Succédant le règne des Tran, la dynastie Ho (1400-1407) entreprend un nombre de réformes sociales. Ho Quy Ly impose les politiques de restriction de la propriété foncière et de restriction de la propriété d’esclaves. Il fait l’émission de billets monétaires pour remplacer la monnaie en alliage de cuivre. Mais ces réformes n’ont pas d’effets parce que le peuple ne soutient pas Ho. C’est pourquoi, devant la guerre d’invasion des Ming de la Chine, la souveraineté de Ho ne parvient pas à organiser efficacement la défense du pays. Le Vietnam tombe à nouveau sous le joug de l’Empire des Minh.

La dynastie Le (1428-1788)

Un mouvement insurrectionnel pour reconquérir l’indépendance nationale est déclenché partout dans le pays, puis converge sous le drapeau de l’insurrection de Le Loi, à Lam Son, province de Thanh Ho. Après dix ans de résistance, avec le soutien du peuple et l’assistance de généraux de talents, dont le héros national Nguyen Trai , la guerre de libération est gagnée. L’article Binh Ngo Dai Cao de Nguyen Trai fut considéré comme un exemplaire de déclaration de l’indépendance.

Au XVè siècle, la société du Vietnam est stable, l’agriculture est rétablie et développée, l’industrie et le commerce connaissent de nouveaux progrès. La doctrine confucéenne devient idéologie orthodoxe. La formation des talents par la voie de concours littéraires et l’étude des livres classiques font partie de ce siècle. Le Code pénal national encore appelé le code Hong Duc, est élaboré, reflétant fidèlement la situation politique, économique et sociale du Vietnam à ce moment-là.

Au XVè siècle, la dynastie Le se détériore. En 1527, Mac Dang Dung renverse le roi Le, et établit le règne des Mac à Thang Long (Hanoi). La famille Trinh mobilise une résistance contre les Mac. En 1592, les forces de Trinh s’emparent de Thang Long ; le roi Le s’empare de nouveau du trône, mais, en réalité, tous les pouvoirs sont détenus par les seigneurs Trinh.

Dans le Sud, les seigneurs Nguyen ont élargi leur territoire jusqu’au delta du Mékong et entreprennent en même temps une guerre contre la famille Trinh. La guerre des seigneurs de Trinh-Nguyen dura de 1627 à 1772.

C’est l’époque où le Vietnam connaît beaucoup de grandes perturbations tant politiques que socio-économiques. Depuis la fin du XVIè siècle, le pays avait établi des liens commerciaux avec les pays occidentaux comme le Portugal, l’Espagne, les Pays-Bas, la Grande-Bretagne, la France. Le catholicisme commençait à se propager au Vietnam à cette époque.

L’économie et la production de marchandises se développaient, et ainsi, bon nombre de centres urbains s’épanouissaient. À Dang Ngoai (nord) il y avait Thang Long, Pho Hien et à Dang Trong (sud), il y avait Hoi An, Thanh Ha, et Nuoc Man.

Le règne Tay Son

En 1771, trois frères Nguyen Nhac, Nguyen Hue, Nguyen Lu dirigent l’insurrection Tay Son et renversent la domination de la dynastie Nguyen.

Au début de 1785, après avoir battu les troupes de Siam (Thai) à Rach Gam – Xoai Mut (sur le fleuve My Tho), les forces Tay Son avancent vers le nord et anéantissent les seigneurs Trinh. Le dernier roi de la dynastie Le, Le Chieu Thong se réfugie en Chine, et fait appel à la dynastie chinoise des Qin pour renvoyer des troupes au Vietnam.

En 1788, Nguyen Hue monte sur le trône à Phu Xuan (Hue). Puis il mène ses troupes vers le Nord à Thang Long pour battre victorieusement 290 000 soldats chinois en janvier 1789.

Quang Trung Nguyen Hue, premier empereur de la souveraineté Tay Son, entreprend la mise en place d’un certain nombre de politiques avancées en matière d’agriculture et d’éducation. En 1792, Quang Trung meurt tandis que Nguyen Anh, avec l’assistance des Français, retourne dans le delta du Mékong pour mener la guerre contre les troupes de Tay Son. En 1802, Tay Son est battu ; Nguyen Anh se rend maître de Phu Xuan (Hue) et fonde la dynastie Nguyen.

La dynastie Nguyen

Nguyen Anh se proclame empereur du Vietnam en 1802, sous le nom de Gia Long, initiant le règne Nguyen (1802-1945).

Les premiers rois de la dynastie Nguyen comme Gia Long, Minh Mang unifient le pays et contrôlent un territoire plus large par rapport à celui des règnes précédents. La dynastie Nguyen réalise bien la politique de défrichement pour la mise en place de fermes et le développement hydraulique. Au niveau de la politique extérieure, les rois Minh Mang et Thieu Tri envoient sur les mers des navires marchands pour commercer avec la France, la Grande-Bretagne, l’Indonésie et l’Inde, etc…

Les rois Nguyen commandent la rédaction de livres sur l’histoire et la géographie nationales, impriment plusieurs collections de livres importants, significatifs pour la culture nationale. Le Confucianisme occupe une position dominante et constitue un appui pour l’idéologie conservatrice des Nguyen. La dynastie Nguyen impose une politique de «portes fermées» bloquant l’accès aux ports, et au commerce, et, renonçant aux délégations diplomatiques venues établir des relations avec le Vietnam.

Domination française

En 1857, le gouvernement français approuva la décision de conquérir le Vietnam. Cependant, compte tenu de la résistance des patriotes vietnamiens, il fallut 30 ans aux colonialistes français pour instaurer leur domination sur l’ensemble du territoire vietnamien (1887).

En 1887, l’Union Indochinoise fut constituée comprenant 5 régions : le Tonkin, l’Annam, la Conchinchine, le Cambodge et le Laos. Au début du XXè siècle, les activités socio-économiques des Français au Vietnam furent vraiment renforcées. Les Français concentrèrent leurs investissements dans l’exploitation minière et certaines autres industries. Apparurent de vastes fermes de plantations. Outre le riz, venaient s’ajouter la culture du thétier, du cafétier, de l’hévéa et du ricin, etc… Les produits agricoles et artisanaux commencèrent à devenir des marchandises d’échange. Suite à ces changements économiques, les classes bourgeoise et ouvrière du Vietnam virent le jour.

Afin de faciliter sa politique d’exploitation des colonies, la France maintint sur le trône le roi et sa dynastie,

Sur le plan éducatif, les colonialistes français abolirent en 1915 l’ancien système de concours et imposèrent trois cycles de l’enseignement de base (maternelle, primaire et secondaire). Et en 1917, ils lancèrent officiellement la formation de fonctionnaires administratifs «à la française» .

Le gouverneur général d’Indochine promulgua un décret pour restructurer le mécanisme d’organisation des villages en 1904. Cela représenta une profonde ingérence qui traduisait la volonté de créer une nouvelle classe de propriétaires terriens censés remplacer les précédents.

En ce qui concerne le milieu ouvrier ainsi que celui des paysans, les colonialistes exécutèrent une politique de domination rigoureuse. La population subit plusieurs impôts et taxes. Les colonialistes français pratiquèrent une politique de l’obscurantisme.

Les patriotes vietnamiens continuèrent la lutte pour la libération du pays. Les uns suivirent les autres. Et en 1930, Nguyen Ai Quoc, c’est-à-dire Ho Chi Minh, fonda le Parti Communiste Vietnamien (ou le parti Communiste Indochinois plus tard). Depuis, les communistes ont dirigé le mouvement de libération nationale.

Le Vietnam indépendant

Lorsque la deuxième guerre mondiale pris fin et que les  japonais se rendirent, l’armée de Ho Chi Minh, dite “Vietminh”, réalisa la Révolution d’août 1945. Le 2 septembre 1945, le Président Ho Chi Minh proclama l’indépendance du pays et l’avènement de la “République démocratique du Vietnam” sur la place Ba Dinh (Hanoi). En 1946, les troupes françaises se réinstallèrent en Indochine. Sous la direction du Parti Communiste Indochinois et du Président Ho Chi Minh, la résistance est organisée contre les colonialistes français pour sauvegarder l’indépendance. La victoire  des vietnamiens à Dien Bien Phu en 1954 mit fin au conflit et libéra la moitié du pays.

En vertu de l’accord de Genève, la France se retira du nord du pays ( 17ème parallèle)  et le Vietnam fut provisoirement divisé en deux régions. Des élections devaient avoir lieu en 1956 pour rassembler l’ensemble du Vietnam et élire un gouvernement. Cependant, les États Unis interviennent et ces élections où Ho Chi Minh et le Vietminh étaient donnés largement gagnants sont annulées. Au nord, “la République démocratique du Vietnam” s’engagea tant bien que mal dans la reconstruction malgré la guerre et les bombardements. Dans le sud, soutenu par le Nord, se déroula  pendant 20 ans, la lutte de libération pour l’Indépendance et le départ des soldats américains (jusqu’à 50 000 soldats).

Avec l’offensive générale au printemps 1975, le gouvernement de Saigon au sud du Vietnam, soutenu par les Etats Unis, s’effondra le 30 avril 1975.  Le Vietnam fut de nouveau réunifié et depuis cette date porte le nom de « République socialiste du Vietnam» avec Hanoi comme capitale. Saigon est alors baptisée “Ho Chi Minh Ville” en hommage au “Père de la révolution”.

Tout au long se son histoire et jusqu’à aujourd’hui, le vietnam se distingue par une farouche volonté d’indépendance et par un nationalisme à fleur de peau…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *